Ce que nous sommes

Héritière de l’Union Minière du Haut Katanga fondée le 28 octobre 1906 et nationalisée le 2 janvier 1967, la Générale des Carrières et des Mines, Gécamines Sarl, en abrégé, et GCM Sarl, en sigle, est une entreprise minière qui exploite, des gisements de cuivre, de cobalt et d’autres matières dans la Province du Katanga, en République Démocratique du Congo.



NOTRE HISTOIRE

La Générale des Carrières et des Mines est une société par actions à responsabilité limitée (GECAMINES Sarl) tirant ses origines de l’Union Minière du Haut Katanga (UMHK) qui a été nationalisée en 1967 par les pouvoirs publics.

Ainsi, l’historique de GECAMINES Sarl remonte à l’Union Minière du Haut Katanga, créée par décret royal n° 1473/444 du 28 octobre 1906 du Roi Léopold II. Depuis sa création, cette Société a connu plusieurs changements d’appellation :

  • L’Union Minière du Haut Katanga, (UMHK) ;
  • La Générale Congolaise des Minerais, (GECOMIN) ;
  • La Générale Congolaise des Mines, (GECOMINES) ;
  • La Générale des Carrières et des Mines-Exploitation, (GECAMINES/EXPLOITATION), filiale de la Gécamines-Holding, au même titre que la Générale des Carrières et des Mines-Commerciale et la Générale des Carrières et des Mines-Développement ;
  • La Générale des Carrières et des Mines, (GECAMINES) et à ce jour ;
  • La Générale des Carrières et des Mines Sarl, (GECAMINES Sarl).

La production de cuivre commença, en 1911, aux Usines de Lubumbashi où elle se réalisa par fusion réductrice dans des fours à water-jackets. Puis, furent mises en exploitation les mines et construites les unités de production suivantes : la Mine souterraine de Kipushi avec son Concentrateur, la Mine de Kambove avec son Concentrateur, la Fonderie Electrique de Panda, les Usines de Shituru, les Mines à ciel ouvert de Kolwezi, le Concentrateur de Kolwezi, la Mine souterraine de Kamoto, le Concentrateur de Kamoto-Dima et les Usines de Luilu à Kolwezi.

L’UMHK créa aussi des filiales pour la production des métaux (Société Métallurgique du Katanga, Metalkat), la production et le transport de l’énergie électrique (Société Générale des Forces Hydro-Eléctriques du Katanga, Sogefor), la production d’acide sulfurique et d’huile de palme hydrolysée pour les besoins de ses usines hydrométallurgiques et de concentration (Société Générale Industrielle et Chimique, Sogechim), pour les produits alimentaires (Société de Minoteries du Katanga : MINOKAT), etc.

En 1986, la GECAMINES a réalisé son record de production avec 476.000 tonnes de cuivre, 14.500 tonnes de cobalt et 64.000 tonnes de zinc lingots pour un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 1 milliard de USD. Cependant, cette production des métaux connaîtra dès 1987 une chute progressive qui s’accélérera en 1990 suite à la conjonction de plusieurs événements dont l’effondrement de la mine souterraine de Kamoto située à Kolwezi, les troubles sociopolitiques qui avaient émaillés le pays au début des années 90 et l’arrêt brutal de financements des bailleurs des fonds.

Ayant donc succédé à l’Union Minière du Haut-Katanga, la Générale des Carrières et des Mines, GECAMINES Sarl a eu à jouer un rôle important dans le développement socio-économique de la République Démocratique du Congo, en général et de la Province du Katanga, en particulier : La contribution très significative au trésor publique fut de l’ordre de 70 % dans la constitution du produit national brut et l’apport de la quasi-totalité de l’apport des recettes en devises au budget de l’Etat, lors des moments de prospérité de la Gécamines.

La Gécamines fut l’une des entreprises du pays utilisant une main d’œuvre importante dont l’effectif a été de plus de 34.000 agents dans la période de 1974 à 1992 ;

La contribution très significative au trésor publique qui a été de l’ordre de 70 % dans la constitution du produit national brut et l’apport de la quasi-totalité de l’apport des recettes en devises au budget de l’Etat, lors des moments de prospérité de la Gécamines.

La Gécamines fut l’une des entreprises du pays utilisant une main d’œuvre importante dont l’effectif a été de plus de 34.000 agents dans la période de 1974 à 1992 ;

Elle fut la principale cliente des grandes entreprises du pays, elle a été le plus grand consommateur d’énergie électrique fournie par la SNEL au pays et la plus importante cliente de la SNCC qui a toujours assuré le transport des produits miniers et des biens de consommation de la Gécamines. Elle a entretenu des relations d’affaires, pour la fourniture des biens et des services, avec plusieurs entreprises de l’hinterland minier du Katanga des secteurs suivants : l’agro-alimentaire, les hydrocarbures et lubrifiants, le transport routier des biens et des personnes, l’hôtellerie ainsi que les autres activités. La Gécamines a toujours fait recours à des PME pour l’exécution de certains travaux pour son compte.

Le personnel de la Gécamines a toujours représenté une clientèle non négligeable pour les banques installées au Katanga.

La Gécamines a contribué à la relance de la production agro-alimentaire en RD Congo : En 1974, suite à la pénurie de farine de maïs, l’Etat Congolais responsabilisa toutes les grandes sociétés du Katanga à entreprendre les cultures vivrières, principalement celle du maïs pour nourrir leurs travailleurs. La Gécamines confia son programme de production de maïs au Centre d’Exécution des Programmes Sociaux et Economiques (CEPSE), Association sans but lucratif, crée par l’UMHK et dont les actions se basaient sur l’apprentissage des jeunes désœuvrés et l’encadrement des paysans aux activités agricoles. En 1975, la Gécamines acheta le domaine de Kando en vue d’étendre son programme des grandes cultures mécanisées qui avaient démarré à Mangombo.

La superficie totale de ses terres arables fut alors portée à 25.000 hectares. Le 09/11/1983, par Ordonnance-loi n° 83-202, la Société Agro-Industrielle du Shaba (AGRIS), une société à responsabilité limitée, fut créée par la fusion des activités des Minoteries et celles de grandes cultures de maïs du CEPSE, reparties sur quatre chantiers.

Le 02/11/1984 par Ordonnance-loi n° 224, il fut créé la Gécamines-Développement (GCM-DEV) qui reprit les activités de la Société Agro-Industrielle du Shaba dissoute.

L’activité principale de l’Agro-pastoral fut la culture de maïs sur plus de 5.000 hectares et sa production fut ascendante de 1974 à 1982 pour enregistrer ensuite une chute progressive jusqu’en 1993. Depuis lors, suite à la baisse du niveau des activités de production des métaux de la Société, aux difficultés inhérentes à la situation sociopolitique dans la Province et aux restrictions financières consécutives à l’embargo auquel la RD Congo avait été soumise par les bailleurs de fonds internationaux, la production de maïs ne pût connaître une relance.

Cette production était destinée aux minoteries de la Gécamines pour la mouture de farine de maïs qui est l’aliment de base dans la zone industrielle du Sud Katanga.

Suite à l’embargo financier imposé au pays à partir de 1990 et en vue de relancer ses activités, la Gécamines a initié, en 1995, une politique de création de joint-ventures dans lesquelles elle détient des actions.

Avec cette politique, la Gécamines a contribué à la croissance de l’activité minière au Katanga qui s’est traduite par une augmentation de la production des métaux cuivre et cobalt et de l’offre de l’emploi. La production de cuivre de la R.D. Congo a atteint environ 400.000 tonnes en 2011. Certaines de ces partenariats sont comptées actuellement parmi les plus grandes industries minières en RD Congo.

La Gécamines a constitué un pôle de développement de l’industrie de transformation dans le pays au travers de ses ateliers et usines de transformation, hérités de l’Union Minière ou acquis lors de la nationalisation des entreprises, qui sont capables de réaliser diverses fabrications ainsi que des réparations : Atelier Central de Panda, les Ateliers de l’Ouest, l’Usine de production d’acide sulfurique, les Usines des Laminoirs et Câbleries.

L’action sociale de Gécamines remonte à l’époque de l’UMHK. En 1967, Gécamines Sarl a hérité du patrimoine de cette dernière suite à sa nationalisation par les pouvoirs publics. Les actions entreprises par la Gécamines Sarl, dans le cadre du social au bénéfice tant de ses travailleurs que de la population de son environnement, depuis le démarrage de ses activités d’exploitation minière avec l’Union Minière du Haut Katanga (UMHK), ont embrassé divers secteurs dans lesquels la Société a eu à jouer un rôle essentiel dans l’hinterland minier du Katanga, à savoir :

Le médical :

Créé dès le début des activités d’exploitation minière, le service médical Gécamines Sarl avait, à ses débuts, comme but de garantir à l’entreprise une main d’œuvre saine et apte aux travaux. Dans son développement, il a dû s’élargir aux familles des agents de l’entreprise (expatriés et nationaux). C’est ainsi que naquirent les hôpitaux du personnel et des cliniques pour cadres. Dès le début, il y a eu intégration de tous les aspects des soins de santé : la prévention, le curatif, le promotionnel ainsi que la médecine du travail.

Au niveau provincial et même national, le service médical Gécamines Sarl demeure une référence à cause de son plateau technique polyvalent.

Le service comprend, dans les trois Groupes, des hôpitaux, des cliniques, des dispensaires et centres de santé et des permanences de la Médecine du Travail (PMT). La Gécamines a doté son service médical des équipements de pointe.

A ce jour, le service médical de Gécamines reste le recours final et espéré pour tous les malades de la Province du Katanga ; des efforts, dans la mesure des moyens, sont soutenus par les autorités de la Société pour maintenir son niveau technique. Dans ce sens, des équipements médicaux ont été acquis en 2012 pour équiper les unités de soins spécialisés. Il convient de souligner aussi que le service de la Santé au Travail de la Gécamines Sarl est mieux organisé et jouit d’une très grande expérience qui peut profiter aux opérateurs du secteur minier.

Il faut aussi noter que la Gécamines a eu à gérer pendant plusieurs années, soit de 1974 à 2005, l’hôpital Sendwe de Lubumbashi, le plus grand hôpital de référence du Katanga, ouvert à toute la population de la Province, avec à l’époque une capacité d’accueil de plus de 1000 lits.

L’enseignement :

Déjà à l'époque de l'Union Minière du Haut Katanga (UMHK), en guise de politique de stabilisation de sa main-d'œuvre pour des raisons liées au marché du travail (qualification spécifique, manque de main-d'œuvre...), il a été consenti l'octroi d'énormes avantages sociaux aux travailleurs. Ces avantages sociaux se matérialisaient essentiellement sous forme de services sociaux que la Société rendait à son personnel. C'est ainsi que tous les agents bénéficiaient de la gratuité des soins de santé et de l'éducation des enfants.

Outre ces raisons historiques, il importe de retenir la motivation principale de la création des écoles par la Gécamines, à savoir :

Stabiliser les agents en vue de rentabiliser la production, en les mettant à l'abri du souci majeur de la scolarisation (et même des soins médicaux) à garantir à leurs enfants. C'est dans cette même logique qu'ont été créés aussi les centres et foyers sociaux chargés de récupérer et de réinsérer, par l'apprentissage d'un métier, les enfants en situation difficile ou d’encadrer des ménagères ; les cercles récréatifs, les hôpitaux et les cantines, au prix de gros investissements.

Récupérer les élèves, enfants des agents de la Gécamines des écoles secondaires consulaires, dont la fréquentation était interdite par le gouvernement en 1974 (dans le cadre de la politique du recours à l'authenticité prônée par le Président Mobutu) vers des écoles congolaises (Gécamines) par la construction des nouvelles écoles à programme national.

Former une main-d'œuvre qualifiée et semi-qualifiée pour les usines et les ateliers de la Société.

Elle a contribué aussi au bon fonctionnement de certaines écoles en fournissant des matières pour la réalisation des travaux pratiques (cas des écoles techniques).

Gécamines est engagée aussi dans la formation de la jeunesse congolaise qui effectue dans ses installations, des stages de recherche et de professionnalisation. L’effectif des stagiaires est de plus de 1.000 personnes par an.

La promotion familiale et les loisirs.

La Gécamines a organisé dans chacun des Groupes d’exploitation :

  • des centres de formation et de promotion familiale ;
  • des cercles récréatifs, des maisons des jeunes, des aires de jeux et de loisirs ainsi que des stades omnisports.

La Société a également assuré le sponsoring des clubs dans diverses disciplines sportives telles que le football, le basket-ball, le volley ball,…

En ce qui concerne la politique de logement, l’Union Minière du Haut Katanga d’abord et la Gécamines par la suite, ont construit des maisons pour y loger les travailleurs qui, en plus, recevaient gratuitement le service de distribution d'eau et d'électricité.

Dans le cadre de sa politique sociale, la Gécamines a procédé à la vente aux agents de ses maisons d’habitation dans lesquelles ces derniers avaient été logés dans les villes de Lubumbashi, Likasi et Kolwezi ainsi que dans les localités de Kipushi, Kambove, Kakanda, Fungurume et Luena. Cette opération dite « Location-vente maisons » ou LVM a eu un effet bénéfique sur le problème de logement dans la Province.
La Société a aussi assuré la vente à ses agents, à prix réduit, des denrées alimentaires dans ces centres de ravitaillement et ses cantines.

Haut de page

© 2013 Gécamines - Tous droits reservés